Une identité formée par les voyages

Manella Vila Nova
L'Express de Toronto
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français canadien. Je dirais que je suis Canadienne anglophone, Ukrainienne et francophone européenne.»