Si un fœtus est une personne, devrait-il avoir accès aux mêmes services qu’une personne?

Pascal Lapointe
L'Express de Toronto
Les politiciens américains qui, par les temps qui courent, s’empressent de voter des lois qualifiant le fœtus de «personne», semblent beaucoup moins préoccupés par l’avenir de cette «personne».