Le français en dernier à l’ONU

Gérard Lévesque
L'Express de Toronto
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au cours des mois suivants dans quatre autres langues officielles de l’ONU mais pas encore en français?